Le samedi 4 et dimanche 5 septembre à St-Mayeux / Caurel dans les Côtes-d’Armor se tenait une animation autour de l’extraction de dalles de schiste afin de confronter les outils et les techniques supposés du Néolithique à la réalité du terrain.

Dimanche après-midi la visite guidé par les membres de l’association du site de Quelfenec nous aura permis de découvrir les menhirs de Porz Guillio situés sur les hauteurs entre Caurel (au sud) et Saint-Mayeux (au Nord-Est). Dès le parking on rencontre un bel échantillon de roche avec un affleurement gigantesque … cela promet du “lourd” pour la suite !

Attention : L’accès aux menhirs était autorisé ce week-end mais ne l’est pas habituellement ! C’est un terrain privé, il n’est donc pas possible de s’y rendre sans demander l’autorisation aux propriétaires. Dans l’avenir il est possible que ce site soit mis en valeur et devienne accessible à t’on appris à l’issue de cette visite …

Découverte des menhirs de Porz Guillio

La visite a débuté par la découverte des 3 menhirs de Porz Guillio. Il y a le premier dressé au bord d’un champ (et “protégé” cet été par un mur de round-ball) mais aussi dans un alignement Est / Ouest, un autre menhir couché ainsi qu’un troisième menhir situé beaucoup plus bas dans la vallée.

Nous avons pu découvrir ensuite une ancienne carrière de menhirs, un lieu qui aurait du servir de carrière pour l’expérimentation de ce week-end mais qui après avoir été nettoyé et observé s’est avéré être certainement une ancienne carrière, des traces de taille et d’extraction étant visibles (sur la partie gauche de la photo) …

Sur ce spot il a été aussi possible de découvrir de beaux morceaux de quartz, mais aussi, sur la dalle couchée (tout à gauche de la photo ci-dessus) un dépôt de tempête

dépôt de tempête

Cette trace blanche/grise s’avère être, d’après le géologue présent dimanche, un dépôt de tempête qui aurait eu lieu à une profondeur de 150m à 200 m sous le niveau de la mer. Pour plus d’informations sur le sujet il y a cet article sur la sédimentologie (4.2.6. Tempestites).

Juste à côté de ce dépôt on aura aussi pu admirer des slumps (là encore on vous invite à poursuivre la lecture via cet article sur le sujet). Sans l’oeil expert du géologue on serait peut être passé complètement à côté de cette formation géologique !

Après ces belles découvertes nous nous sommes rendus sur le site de l’extraction expérimentale, non sans nous être arrêtés encore une fois sur un spot qui, semble t’il, aurait aussi été utilisé pour extraire des dalles, au vu des rochers couchés et portant des traces de coins, posés juste à côté …

Place à l’expérimentation !

Le dernier “spot” que nous avons visité était donc celui qui aura accueilli ce week-end l’expérimentation lancée par l’équipe d’archéologues (ils étaient 6, dimanche, plus quelques bénévoles et amis) autour de Rosalie Jallot, archéologue néolithicienne à l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives).

Elle nous a présenté l’expérimentation en cours consistant à tenter de réaliser des extractions de dalles de schistes en mettant en pratique les outils et techniques connues du Néolithique.

Le samedi c’est donc à l’aide de coins en bois et de marteaux, eux aussi en bois, qu’ils ont détaché une dalle de schiste de l’affleurement. Mais ils se sont rendus compte qu’ils ne maîtrisaient pas le détachement sur plus de 50 cm. La dalle collectée s’est finalement détachée (au niveau de la partie marron sur le haut de la photo ci-dessus) sans qu’ils puissent maîtriser sa forme ou sa taille …

La seconde tentative lancée ensuite aura été de détacher des dalles debout dans un second affleurement. Là ils auront tout d’abord nettoyés les abords, puis enlevé la terre au pied des roches, toujours avec des outils “à la mode du néolithique” comme les bois de cerf ou un pelle fabriquée avec omoplates d’animaux, …

Cela leur aura permis de dégager 2 grosses dalles de shiste d’environ 2m de long et pesant environ 650 kg, sortis de l’affleurement rocheux en faisant pression avec de gros pieux en bois. Ces 2 blocs ont ensuite étés transportés sur des rondins à quelques mètres du lieu d’extraction.

Quand nous sommes arrivés sur le site vers 16h en fin de visite c’est une nouvelle expérimentation qui était en cours ! En effet les archéologues tentaient une nouvelle technique d’extraction basée sur la chaleur … Depuis 1h ils faisaient donc chauffer un gros bloc de schiste dans un gros feu.

Toujours dans l’idée d’expérimenter, l’équipe envisageait soit de faire monter la température à l’extrême afin que le bloc se désolidarise du reste du rocher, soit de jeter de l’eau sur la base afin de créer un choc thermique important afin d’avoir une cassure nette du bloc de schiste …

Nous n’avons malheureusement pas pu voir le résultat de cette technique, les archéologues eux même ne sachant pas du tout quand est-ce qu’ils allaient pouvoir extraire la dalle …

Pour aller plus loin sur le sujet

L’accès à l’information de cette expérimentation s’est faite un peu au hasard, et tardivement, par le biais d’une communication reçue par un des adhérents des Geocacheurs de Bretagne. Nous nous sommes dis que les amateurs de mégalithes et de earthcaches pourraient puiser dans ce sujet pour proposer des géocaches ou des earthcaches.

Pour le coup sur ce site cela ne sera pas possible, le lieu étant privé, il n’est donc pour l’instant pas possible d’y faire quoi que ce soit !

Toujours est-il que cela nous a permis de prendre contact avec les membres de l’association du site de Quelfenec qui est un site géologiquement et archéologiquement très intéressant. Une sortie, voir un évent, pourrait y être organisé dans les temps à venir …

De même nous avons eu accès aux informations du réseau des Rencontres Préhistoriques de Bretagne qui propose tous les ans des animations sur le thème de l’archéologie. Les prochains (et derniers) rendez-vous de cette année sont :

– le 11 septembre à Saint-Philibert (56), activités variées sur le Néolithique et l’archéologie. Plus d’infos : https://www.reseau-prehistoire.bzh/…/rencontres…/

– le 25 septembre à Médréac (35), visite des alignements de Lampouy. Plus d’infos : https://www.reseau-prehistoire.bzh/…/visite-des…/

– le 26 septembre à Langon (35), à la rencontre de la Préhistoire, en compagnie des Demoiselles ! Plus d’infos : https://www.reseau-prehistoire.bzh/…/rencontres…/

N’hésitez pas à vous y rendre et si le coeur vous en dis pensez à faire un reportage photo, nous sommes preneurs de ce genre de découvertes !

Pour conclure sachez qu’il existe un site internet du Réseau des Sites Préhistoriques de Bretagne qui peut être une source d’inspiration pour de prochaines géocaches en Bretagne ! A vous de jouer !

A lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.