Visits: 165

Elles portent le nom de “Swedish caches”, de “Biltema caches” (surtout en Allemagne), de “Fishing caches” et ce sont des géocaches hautement perchées … des Kuzh-Lazh comme on pourrait dire en breton …

Le concept est simple et original, c’est muni d’une canne à pêche ou d’un système de perche à taille modulable que l’on doit aller décrocher une cache qui se trouve sur une branche. La cache se trouve donc “perchée” à une hauteur choisie par le poseur, ce qui détermine la difficulté à la trouver (encore que) mais surtout à la décrocher et donc à pouvoir la loguer !

Exemple de caches perchées

Car bien entendu la règle de base est toujours la même : pour pouvoir loguer une cache Found It il faut loguer son passage sur le logbook ! Pas question donc de faire un Found It du style : “vue du sol mais pas le matériel pour aller la décrocher” … Si si on a déjà vu ça !

Le matériel nécessaire

Ce type de cache vous demande donc de disposer d’un matériel spécifique : une canne à pêche démontable ou une perche, toutes 2 équipées d’un système de fourche ou de crochet pour attraper la cache. Ces 2 outils ont leur intérêt mais aussi leurs inconvénients … et le premier d’entre eux est le prix !

Ce sont en effet des équipements spécifiques, une canne à pêche télescopique de 6 m c’est quand même une trentaine d’euros chez Decathlon et 6 m ce n’est peut-être pas encore assez grand … La perche télescopique est plus compliqué à trouver (mais elle peut se fabriquer si vous vous sentez l’âme bricoleur. Vous trouverez toutes les infos dans l’article cité en bas de ce sujet …)

Le second inconvénient est le transport de cet équipement ! Cela prend de la place dans la voiture (même quand c’est démonté) et cela prend de la place dans son équipement de géocacheur quand on part en promenade.

De plus on a pas l’air très discret quand on se promène avec une canne à pêche (même démontée) dans une forêt … Passe encore si il y a une rivière ou un étang juste à côté mais bon …

Enfin cet équipement pèse son poids ! La perche télescopique (surtout fabriquée soi même) peut être compliquée à gérer seul. Bref prévoyez de faire ce genre de sortie entre géocopines et géocopains ce sera plus sympa !

Attention au torticolis

Dans le principe donc, une fois l’équipement en main, on commence par repérer le spot où se trouve la géocache, puis on lève les yeux au ciel pour découvrir l’emplacement où se trouve la cache et son système d’accroche. Et dites vous bien que si vous la décrochez de son emplacement il faudra aussi la remettre après ! Repérez donc parfaitement la bonne branche et comme on le dis souvent : celui qui a trouvé la cache est celui qui la remet ! Ainsi on est sur (ou presque) de la remettre au bon emplacement ! Ayez toujours en tête que lorsque le propriétaire de la cache doit venir faire une maintenance il a ses propres repères (c’est quand même lui qui a posé les caches) et que si la cache est déplacée il va galérer à la retrouver !

Les yeux au ciel : sous le soleil ça pique … sous la pluie c’est compliqué ! Le contrejour peut aussi rendre compliqué la recherche des caches tout là haut … Et le fait d’avoir toujours la tête en l’air … bah finalement au bout de 2 ou 3 heures ça fait mal au cou ! On ne va pas exagérer mais il n’empêche que ce n’est pas de tout repos que de faire une série d’une dizaine de ces géocaches, surtout si le circuit est situé en pleine forêt sans sentier accessible juste à côté … non non on ne dénonce pas un circuit en particuliers ! 🙂

Des circuits en Bretagne ?

On a pu recenser quelques circuits spécifiques “géocaches perchées en Bretagne” mais ce n’est peut être pas exhaustif alors si vous avez des circuits à rajouter n’hésitez pas à nous donner au moins le code GC de la première cache de la série avec un petit commentaire sur votre ressenti sur ce circuit dans les commentaires de cet article. Ainsi on pourra agrémenter cet article au fur et à mesure !

Dans les Côtes d’Armor

On a pu s’exercer sur un circuit de 8 caches lors de l’évent des Géopapas sur le circuit des caches mystères de Bétineuc à Saint-André-des-Eaux dont voici là première cache Bétineuc M1 et d’où sont tirées les photos qui illustrent cet article (merci Jipe22, LCP35 et soclo22 pour l’autorisation d’utilisation des photos)

Dans le Finistère

Deux circuits repérés, celui ci de 6 géocaches perchés et qui commence par #1 Frayeur à Coat-Meur du côté de Landivisiau et celui là sur les bords de l’Elorn en-dessous de Landerneau avec 7 géocaches perchées 01 Traon Elorn

Dans l’Ille-et-Vilaine

Dans la forêt de Rennes un circuit de 6 caches perchées et à faire de nuit en plus ! La première est par ici : [FdR] #1 – Pêche de nuit

Dans le Morbihan

Il y a cette série de 12 géocaches perchées qui commence par Malmö *Le Début* du côté de Plouay

On a aussi trouvé cette liste de géocaches perchées où elles ne sont pas toutes référencées mais on a pris contact avec l’owner -papabeer- de la liste pour lui demander de rajouter celles que l’on a listées ici … Ce qu’il a fait super rapidement ! N’hésitez pas à faire de même afin de compléter cette liste et ainsi mettre en avant les poseurs de ces géocaches originales !

Source d’inspiration : On a puisé quelques infos dans l’excellent article sur le sujet sur detourgeocaching.com écrit en 2020 et on vous laisse aller le lire car il y a énormément de points que nous n’avons pas encore abordé dans notre sujet (notamment pour ce qui concerne la cotation Terrain / Difficulté de ce type de géocaches)…

A lire aussi

2 thoughts on “Les caches perchées – swedish geocache

  1. Bonjour.
    J’ai acheté une canne de plus de 10 m pour les Swedish, par contre je n’ai pas d’embouts comme j’ai pu voir en photos.
    Sauvez vous sur quelle plateforme je pourrais en trouver ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.